Centre Inffo
Actualité de la formation

← Retour à l'accueil

Décryptage

« Les médias sociaux peuvent constituer un environnement d’apprentissage »
N° 7 - Septembre-Octobre 2018

À la fois objet d’apprentissage, espace d’interactions, support de formation et outil de création, le numérique représente un ensemble de possibilités pédagogiques pour l’apprenant. D’un bénéfice individuel ou collectif, outils et environnements numériques contribuent à repenser les rôles, celui de l’apprenant comme celui du formateur.

Questions à
JEAN VANDERSPELDEN
consultant indépendant “Apprenance, FOAD, numérique et territoires”, ITG
 [1]

Les médias sociaux sont souvent perçus comme un facteur de dispersion et de perte d’efficacité. En quoi vous semblent-ils, au contraire, pouvoir faire office d’environnement d’apprentissage ?

Sous certaines conditions, on peut apprendre avec les médias sociaux dans des apprentissages formels et informels, avec une triple possibilité :
• émettre une voix : communiquer en augmentant la visibilité de ses activités personnelles ou associatives et/ou l’influence de son poste de travail ou de son entreprise, via les contenus thématiques publiés, en assurant une présence continue et cohérente ;
• assurer une veille : prospecter en initiant des échanges avec des personnes partageant la même passion ou le même intérêt, avec des clients potentiels ou des homologues, rendre visibles ses compétences, son expertise ou son offre commerciale ;
• privilégier la collaboration : “réseauter” en développant la culture et les pratiques communautaires pour échanger entre pairs, adhérer ou faire adhérer à une association, recruter et se faire recruter, promouvoir et découvrir des talents, en favorisant les compétences collectives.

Le point commun de ces trois postures d’internautes est de générer de l’interaction, faible, douce ou forte. Or, si on reprend l’adage “Mieux j’interagis, mieux j’apprends”, alors, les médias sociaux, sous réserve d’une posture maîtrisée et évolutive, peuvent constituer, dans certains cas, un environnement d’apprentissage et de formation.

Vous considérez que le numérique donne à l’apprenant davantage de liberté et de responsabilité. Comment articuler liberté et responsabilité des apprenants ?

Le numérique est un terme générique qui englobe plusieurs dimensions, en particulier dans les activités formatives, autoformatives et collaboratives. On peut citer le numérique comme objet d’apprentissage (du clavier au cloud computing [2] en passant par l’écran tactile, les fonctionnalités et le codage), comme support de formation, comme outil de production et de création (souvent collective et/ou collaborative) et, enfin, comme espace d’interactions (réseaux sociaux numériques, outils web 2.0, réalité virtuelle). Ces quatre axes ouvrent des possibles intéressants pour l’apprenant, à condition qu’il soit motivé et accompagné. Sous ces deux exigences, oui, je crois qu’il est nécessaire, dans l’alternance réfléchie entre territoires métrique et numérique, de valoriser la liberté et la responsabilité de chacun des apprenants dans le déroulement de son parcours multimodal, à partir de son projet. Pour les articuler au mieux, travailler sur les sentiments d’efficacité personnelle et d’appartenance, m’apparaît fertile.

Pouvez-vous nous donner quelques exemples d’outils et d’usages illustrant comment médias sociaux et environnement numérique ont facilité la formation ?

Pour mettre en place des parcours de formation multimodale, chaque équipe pédagogique doit mobiliser des outils et des ressources digitaux pour assurer une cohérence entre les territoires métrique et numérique, où les apprenants sont de plus en plus actifs.
Pour cela, avec mes collègues, j’ai construit pragmatiquement mon “environnement numérique personnel d’activité” (EPA), constitué de quelques outils numériques qui me permettent, au quotidien, de maîtriser les quatre dimensions citées ci-dessus.
Avec, par exemple : groupe Facebook (approche communautaire), Framapad (écriture collaborative), Answergarden (nuage de mots collectif), Prezi et Dropbox (créativité et partage sur le cloud), Qwant (recherche respectueuse), LinkedIn (valorisation et recommandation des compétences), Classilio Via (présentiel distant collectif), des portails de téléformation (activités d’apprentissage avec Assimo, Canal-U, Dalia, EmploiStore, Fun Mooc, Onlineformapro, etc.) et des LMS [3] (Claroline, Connect, Digiform, Moodle, Myskillcamp, et autres).

Comment voyez-vous la réforme de la formation professionnelle qui s’annonce ?
Qu’en espérez-vous ?

En tant que consultant indépendant, j’attends que les réformes successives contribuent à régler au mieux deux points majeurs : rééquilibrer nos dispositifs complexes au profit des adultes les moins qualifiés et les plus nombreux, d’une part ; favoriser l’innovation pédagogique en “déscolarisant” les stages et en “déstagisant” la formation, d’autre part !
Ce double chantier reste majeur tant le “modèle de l’école” reste trop présent, de mon point de vue, dans le secteur de la formation continue. J’interprète la succession des conversions réglementaires comme une volonté, souvent non exprimée, de quitter le monde de la formation de 1971, pour aller vers celui de l’apprenance [4]. En favorisant le développement des parcours FOAD, terme récemment retenu et ancré dans le Code du travail. 

propos recueillis par Mikaël Faujour, Centre Inffo, 2018

Une intention clairement définie

Pour tirer profit des usages des médias sociaux, quelques règles doivent être prises en compte. La bonne maîtrise de son identité numérique est gage de qualité des échanges. “Soit on se laisse bercer par les flux d’informations, soit on garde une ligne directrice pour interagir avec discernement”, explique Jean Vanderspelden. Dans ce cas, l’utilisateur devient “explorateur” pour travailler ses sujets d’intérêt. Cette posture génère davantage d’opportunités pour apprendre et des échanges plus intéressants. “La prise de distance est une des bases d’expertise sur un domaine donné, personnel et/ou professionnel. Beaucoup d’internautes alternent ces deux postures dans des médias sociaux complémentaires”, observe le consultant.

par Mikaël Faujour, Centre Inffo, 2018

[1ITG est une société de portage salarial. Jean Vanderspelden est également membre du Fffod (Forum des acteurs de la formation digitale), de Learning Sphere (association de consultants, tous indépendants, experts en formation multimodale), du Cercle APE (Apprendre ensemble à l’ère du digital) et de Communotic (espace collaboratif ouvert aux professionnels de la formation, de l’orientation et de l’insertion).

[2Informatique “en nuage” : ressources-clés à distance.

[3Learning management system, logiciel qui accompagne et gère un processus d’apprentissage ou un parcours pédagogique.

[4Voir la vidéo de Denis Cristol, “L’Apprenance”.

Partager  

Inscrivez-vous gratuitement à la lettre

Articles par mots-clés

Décryptage Dispositif Édito Emploi Entreprise Événement Outil Recherche Stratégie

L'agenda de l'innovation

• 13 et 14 décembre 2018 – Paris (75) – Learn’Innov

16 ateliers de 1h30 pour découvrir et pratiquer l’innovation en formation. 16 acteurs du marché vous présentent leurs dernières innovations.

Plus d'infos sur : Learn’Innov
• 26 novembre – Paris (75) – Colloque de l’Espace Mathématique Francophone - GT7 « Technologies pour l’enseignement et la formation »

EMF est un colloque d’envergure internationale qui s’adresse aux chercheurs, formateurs et enseignants s’intéressant aux mathématiques et à leur apprentissage/enseignement dans le monde de la francophonie. Le groupe de travail n°7 concerne les « Technologies pour l’enseignement et la formation ».

Plus d'infos sur : ATIEF
• Du 21 au 23 novembre – Paris (75) – Le salon professionnel de l’innovation éducative

Vous avez une solution éducative innovante ? Venez la présenter à Educatec - Educatice ! Tous les professionnels de l’éducation seront présents

Plus d'infos sur : Educatec - Educatice
• 20 et 21 novembre 2018 – Paris (75) – Journées de l’Innovation Pédagogique dans l’Enseignement Supérieur 2018

La troisième édition des JIPES aura pour thème : « Impulser le changement dans le contexte de la loi Orientation et Réussite des Etudiants (ORE) ».

Plus d'infos sur : super-numerique.gouv.fr

Archives