Centre Inffo
Actualité de la formation

← Retour à l'accueil

Stratégie

OPCA et entreprises explorent les potentiels du neurolearning
N°1 - Septembre-octobre 2017

Le neurolearning est-il juste une mode ? Ou l’avenir de la pédagogie ? Les entreprises, les responsables RH et les financeurs ne veulent pas manquer le train de ce qui pourrait constituer une innovation majeure en formation.

D’aucuns diraient que le neurolearning n’est finalement rien d’autre que la mise à disposition de “temps de cerveau disponible” au service de la formation. Certains, comme l’Américain Jack Makhlouf, dirigeant et responsable pédagogique au sein du cabinet eLearning Mind, à San Diego (Californie), l’assume : “Avec 86 millions de neurones en train de tourner à 500 km/h, le cerveau est une véritable machine à accumuler de l’information.”

Pourquoi, dans ce cas, autant de programmes pédagogiques persistent à ignorer ses capacités ? Chacun se souvient de chansons, de publicités ou de films, mais combien sont capables de se remémorer l’ensemble du contenu d’une formation suivie une semaine avant ? “Vous ne le réalisez pas forcément, poursuit Jack Makhlouf [1], mais l’avenir du neurolearning se joue ici !”

Selon les calculs du consultant californien, près de 90 % des éléments appris lors d’une séance de formation sont oubliés au bout d’une semaine. Un mauvais rapport qualité-prix pour les entreprises qui, aux États-Unis, dépensent quelque 160 milliards de dollars chaque année pour développer les compétences de leurs salariés.

Des “groupes d’exploration”

Capter l’attention de l’apprenant, le surprendre, le faire rire au besoin, le mettre dans de bonnes conditions mentales d’apprentissage… bref, motiver ses neurones, c’est tout l’enjeu du neurolearning. Des deux côtés de l’Atlantique, on observe avec attention les évolutions des neurosciences avec l’ambition non dissimulée d’optimiser au mieux les investissements formation.

“Arrêtons de penser qu’on apprend mieux enfermés trois jours à temps plein dans une salle de formation que quinze minutes par jour sur des parcours plus longs !”, explique Catherine Guyonnet, directrice de l’innovation au sein d’Opcalim, l’Opca des industries alimentaires. L’organisme affirme s’être penché très tôt sur le sujet. “La réforme de 2014 nous a fait entrer dans un nouveau paradigme. Nous avons compris qu’il fallait penser la formation autrement et nous avons monté plusieurs groupes d’exploration pour observer les nouveautés en matière de pédagogie : Mooc, pédagogie inversée, nouveaux médias, réalité augmentée, apprentissage par les pairs…”

Aujourd’hui, Catherine Guyonnet en est persuadée : les neurosciences constituent une tendance lourde de la pédagogie de l’avenir. Il revient aux financeurs que sont les Opca d’imaginer quels parcours de formation peuvent en être tirés.

Opcalim n’est pas le seul organisme à y travailler. Vivea, le fonds d’assurance-formation des chefs d’entreprises agricoles, s’est aussi emparé du sujet et participe aux groupes de réflexion organisés par l’Opca de l’alimentaire.

Côté entreprises, ce sont des PME à l’activité pourtant traditionnelle qui ont le vent en poupe, comme le transporteur frigorifique Stef, le charcutier industriel Stoeffler ou le brasseur Heineken.

Objectif : surprendre l’apprenant

Il serait prématuré d’imaginer que, dès demain, les formateurs se convertiront massivement au neurolearning. L’heure est au tâtonnement. “Ce qu’apportent les neurosciences, c’est la certitude que la formation va changer. Mais comment et quand, nous n’en savons rien !”, confesse Stéphane Diebold, président de l’Association française pour la formation en entreprise et les usages du numérique (Affen). “Le vrai défi, ajoute-t-il, sera d’apprendre à socialiser les résultats des études neuroscientifiques. À les transformer en contenus de formation.”
Côté anglo-saxon, les innovations en pédagogie ne suscitent pas de levées de boucliers culturelles, mais la France conserve des modèles plus formalisés. “Les partenaires sociaux, dans les entreprises, sont encore très attentifs au contenu des programmes de formation et à l’observation préalable des programmes, observe le président de l’Affen. Cela n’entre pas vraiment en phase avec l’application du neurolearning, dont l’objectif principal est de surprendre l’apprenant pour mieux lui enseigner.” Besoin d’une transformation culturelle avant d’entamer la transformation pédagogique ?

Les acteurs, pour l’instant, ne veulent pas non plus céder à la précipitation. “Il ne faut pas céder à l’effet de mode pour les neurosciences. Mais procéder lentement, avec des allers-retours entre théorie et pratique et en s’associant à des praticiens et des chercheurs”, indique Catherine Guyonnet. Stéphane Diebold, lui, conseille de “se méfier de tout le marketing qui existe autour des neurosciences”. Une prudence nécessaire pour que le neurolearning ne devienne pas un miroir aux alouettes de la formation professionnelle.

par Benjamin d’Alguerre, Centre Inffo, 2017

[1Dans une tribune publiée sur l’édition États-Unis du Huffington Post.

Partager  

Inscrivez-vous gratuitement à la lettre

Articles par mots-clés

Décryptage Dispositif Édito Emploi Entreprise Événement Outil Recherche Stratégie

L'agenda de l'innovation

• 16 mai – Chasseneuil-du-Poitou (86) – Créathon : « Ce que le numérique fait à l’espace éducatif francophone »

Des équipes de trois à cinq personnes réparties à l’Atelier Canopé de Chasseneuil-du-Poitou, à Cobalt, sur les campus numériques francophones de l’AUF dont celui d’Alexandrie, et dans des lieux du monde entier vont concourir afin de donner vie à un projet unique autour de l’éducation, du numérique et de la francophonie.

Plus d'infos sur : Campus e-éducation
• 17 mai – Saint Denis (93) – Innovations pédagogiques et technologiques dans l’apprentissage
Plus d'infos sur : CNAM
• 18 mai – Caen (14) – Innovations : l’approche des pédagogies et structures alternatives

Ce colloque proposera des conférences, des tables rondes, des ateliers-débats, pour échanger sur les pratiques professionnelles, croiser les regards du terrain et de la recherche, dresser un état des lieux et dessiner les perspectives à venir en matière d’innovation à l’échelle des collectifs et des établissements scolaires, du primaire au secondaire, des structures alternatives aux structures de retour à l’école.

Plus d'infos sur : CEMEA
• 25 mai – Caen (14) – Living lab « Innover dans l’orientation et la formation »

Un parcours d’innovation participative ouvert aux acteurs et bénéficiaires de la formation.

Plus d'infos sur : Université de Caen Normandie
• Du 8 au 10 juin – Sainte-Croix (26) – Festival de l’innovation pédagogique

Le festival de l’innovation pédagogique propose aux consultants, coachs, formateurs, RH et managers, d’innover et d’oxygéner leurs pratiques sur des thèmes sensibles d’actualité. Il est consacré cette année à la « conduite du changement ».

Plus d'infos sur : https://www.know-futures.com/fr/blog/formation-fip-n14
• 19 juin – Nantes (44) – Peut-on reproduire la réalité dans l’apprentissage par le jeu ?

Cette conférence s’intéresse à la ludopédagogie ou pédagogie par le jeu, aux serious games, à la gamification des apprentissages… autant d’innovations digitales impliquant différentes formes d’approches ou de simulation de la réalité du travail au service de la pédagogie.

Plus d'infos sur : Eventbrite
• 20-22 juin – Montpellier (34) – Apprendre, transmettre, innover à et par l’université

L’innovation, le numérique, l’hybridation, les Humanités Numériques, les nouvelles compétences à acquérir pour les étudiants, l’accompagnement des enseignants du supérieur, telles seront les thématiques du colloque.

Plus d'infos sur : AEM
• 22 juin – Paris (75) – Innover pourquoi ? Quelles innovations pédagogiques pour transformer votre établissement ?

EducPros propose un temps d’analyse avec des experts sur les enjeux de l’innovation pédagogique dans l’enseignement supérieur et de nombreux retours d’expériences d’établissements.

Plus d'infos sur : EducPros
• 22 juin – Toulouse (31) – 4ème Grand forum de la pédagogie AGO : innover avec la multimodalité

Un forum pour découvrir comment le MOOC est presque dépassé, comment faire une salle de formation augmentée dans un espace apprenant qui intègre le numérique, comment faire bouger pour faire réfléchir, gamifier plutôt qu’utiliser des serious games, mettre en scène théâtralement pour comprendre, danser en entreprise pour fabriquer des projets.

Plus d'infos sur : AGO Formation
• Du 27 au 29 juin – Paris (75) – Digital Learning Day 2018

Trois jours intenses dédiés au Digital Learning.

Plus d'infos sur : Digital Learning Day
• 10 et 11 juillet – Rennes (35) – Université d’été : accompagner les acteurs de l’enseignement supérieur pour réussir la flexibilisation des parcours

L’objectif de l’Université d’été est de rassembler les principaux représentants des acteurs de l’enseignement supérieur afin de les faire travailler de manière active et collaborative sur la thématique de la flexibilisation des parcours.

Plus d'infos sur : super-numerique.gouv.fr

Archives